AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VOTEZ !

Partagez|

nous étions formidable, j'étais fort minable (noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité

MessageSujet: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 11:06


noah & andromak
--------------------------------
- Un jour, vous agirez avec honneur...
- Je les adore ces moments là ! Je les salut de la main quand je les vois passer !


2


Cinq jours. Cinq jours de cavale, de boulot ans arrêt, d'heure de sommeil inférieur à douze heure en cinq jours. Cinq jours sans rentré, ni me changer. Et la fatigue me rattrapant je regarde la route qui s'engouffre sous ma voiture, arrivant bientôt en ville sans vraiment me sentir pour autant ravis. Attendant de pouvoir me poser à la maison, je continue de rouler la tête préoccupée comme toujours par un millier de choses. Jetant un regard en arrière, je regarde ma voiture dont la banquette est taché de sang. Souvenir du Rebelle qui a craché ses tripes durant tous les voyages. Sympa. Colère froide. Même pas énervé, non un simple état de fait après ces cinq derniers jours passé à aller d'un motel à l'autre, à retrouver ce petit être de mon âge qui avait décidé de tenter sa chance dans la grande évasion. C'était sans compter sur moi. Le trajet du retour avait été le plus long, deux jours sur la route du retour. La conversation avec cet Humain avait dérivé sur des trucs très philosophique et avait été fortement intéressante, même si je n'en avais rien montré. Mais c'était un Humain, et c'est se qu'il est redevenu quand je l'ai ramené à ses propriétaires.

Tournant dans ma rue, j'engage la voiture dans mon allée. Coupant le moteur je reste un instant assis là, soupirant avant de sortir et de choper mon sac de voyage à l'arrière, la portière claquant alors que je jette le jeu de clé à l'Humain arrivant vers moi. Apercevant ma voisine en face, je la vois me sourire entre politesse et ... se quelque chose que les gens ont toujours quand ils voient les dompteurs. Un mélange d'admiration et de crainte, de nous savoir hors de cette vie de simplicité qu'ils ont. Je fais qu'un signe de tête, sachant que mes vêtements sale et les dernières traces de sang séché sur mon tee-shirt sont pas très rassurante. Anyway, je rentre dans la maison soupirant content d'être ici alors que je traverse le hall croisant Lorolaï. Envoies moi Noah ! Je lance sans m'arrêter la contournant alors que je vois son regard sans m'y attarder. Monsieur... Je grince des dents atteignant l'escalier. Plus tard, obéis ! J'ordonne en grimpant jusqu'à ma chambre où j'abandonne ma veste et mon sac sur le sol, enlevant mes chaussures et virant ma ceinture alors que je vais ensuite à la salle de bain me nettoyer les mains, regardant l'eau en mélange de rouge et de terre, nettoyant mes avants bras dans mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 11:19

Cela faisait cinq jours qu'il était parti, je ne pus m'empêcher de penser à lui, pourquoi, j'en sais rien, sa présence qu'il avait eu dans mon lit peut-être, quand il avait passer son bras autour de moi quand je dormais. Durant les cinq jours, ma main avait guéri, Lorolaï avait fini par se rendre compte qu'il y avait un problème et m'avait amener voir le médecin. Il n'y avait plus de traces des doigts de mon amant d'un soir. Je travaillais dehors, en fait je passais la tondeuse quand Lorolaï sortis et me fis signe de venir. Arrêtant la tondeuse je courus vers celle-ci. « Andromak veut te voir, tout de suite. » Je fus surpris, je savais même pas qu'il était revenu. « Pourquoi ? » Je la regarda, j'avais fais une connerie ? Non, de toute façon, il n'était pas la depuis cinq jours. « Obéis. » Je hochai la tête et entra dans la maison. « Il est dans sa chambre. » Je pris la direction de la chambre de celui-ci, je savais parfaitement où était sa chambre. Où j'avais passé ma première journée. Dans son lit.

Je monta l'escalier rapidement, je cogna à la porte. « Monsieur? » Quand je l'entendis me dire d'entrer, j'ouvris la porte que je refermais derrière moi, comme il y a un instant j'étais en train de passer la tondeuse, je portais un vieux jeans et une simple camisole blanche de sport. J'approchais d'où j'entendais un bruit d'eau pour voir celui-ci en train de se laver les bras, les mains, voyant du sang, je ne pus m'empêcher un mouvement de recul en voyant ça. « Vous vouliez me voir ? » Je le regardais, le sang m'inquiétait, il avait été blessé? Ou il avait tuer? Seulement blessé? J'en savais rien et je sais pas si je voulais vraiment le savoir. Il ne portais qu'un jean, il avait retirer sa veste, ses chaussures, je ne savais pas ce qu'il voulait, mais j'avais un doute voyons comment il était peu vêtu et aussi comme il m'avait fait venir dans sa chambre. Il ne semblait pas vraiment de bonne humeur et je savais pas si c'était bon signe, j'en doutais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 11:38


noah & andromak
--------------------------------
- Un jour, vous agirez avec honneur...
- Je les adore ces moments là ! Je les salut de la main quand je les vois passer !


L'eau fraiche faisant du bien alors que le bruit de celle-ci me met hors de la réalité, je reste à frotter mes bras. Le savon amenant une odeur de propre que j'apprécie particulièrement, je reste un long moment ainsi. Pourquoi l'avoir fait venir ? Sincèrement j'en ais rien. Réellement, je ne sais pas trop, ça a été par instinct. Comme ça. De longues minutes s'étirant, je vire la poussières et le reste de mes mains, quelques bouts de peau me faisant froncer les sourcils. Non je l'ai pas dépecé. Faut croire que je l'ai juste écorché en l'attrapant, rien de grave. Les coups à la porte me font pas vraiment sortir de mes pensées, Monsieur? je répond par habitude d'entrer. Les pas me font cependant relever la tête alors que je le vois approcher de la salle de bain. Son regard sur le lavabo et son mouvement de recule me ont étonnamment prendre conscience du sang dans la vasque. Je sais pas vraiment pourquoi mais je ramène de l'eau dedans faisant disparaitre le sang dans les canalisation, le reste n'étant que de la terre. Pourquoi avoir été si avenant ? Aucune idée.

 Vous vouliez me voir ? Je reste un moment silencieux avant de secouer la tête me remettant les idées en place. Ok je suis vraiment à la ramasse. Ouais, nettoies la salle de bain. Je réplique en faisant un signe vers le lavabo et le sol où j'ai fichu de l'eau, qui vu la poussière est presque marron. Je me recule attrapant une serviette en le laissant faire alors que je me la passe sur le visage restant silencieux alors que j'enclenche l'eau de la douche la laissant chauffer alors que je retourne dans ma chambre, virant ma montre et poser mon téléphone, jetant un regard  Noah. T'as main va mieux ? Stupide, pourquoi je m'en préoccupe !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 12:17

Je le regardais se laver les mains, il fit disparaitre le sang, je ne sais pas trop pourquoi il fait cela, mais il me répond qu'il veut que je lave la salle de bain. « Bien, monsieur. » J'entre dans la salle de bain et ouvre un armoire afin de prendre du nettoyant et un linge pour tout laver, le commence par la sol, afin d'ensuite finir par le lavabo, je me mets à genou afin de tout nettoyer le sol alors que je ne porte pas vraiment attention à Andromak qui ouvre l'eau de la douche, il comptait prendre une douche. Il m'avait juste fait venir pour laver. Sa présence me troublait, je pourrais partir durant qu'il prend sa douche et reprendre où j'en étais à l'extérieur. C'était peut-être mieux comme ça, mieux d'éviter de trop s'attacher, de toute façon il n'y avait pas d'avenir possible pour nous deux. De tout façon, j'ai l'impression qu'il ne peut pas vraiment aimer, du moins, il ne pourrait pas tomber amoureux de moi. Ça pourrait nuire à sa vie, son emploi de dompteur, nuire à sa réputation.

Je me redressa et essuya le sol avant de commencer à nettoyer le lavabo de toute la terre, alors que je fus surpris de l'entendre me demander comment allait ma main. Pourquoi il me demandait ça. « Ça va, elle ne fait plus mal. » Je continuai de nettoyer le lavabo, une fois qu'il fut propre je sors de la salle de bain afin d'aller dans sa chambre. « Vous voulez que je vous laisse? Ou vous avez besoin de moi pour autre chose ? » Je le regardais un instant alors qu'il se préparait pour aller dans sa douche. Je ne voyais pas pourquoi il pourrait avoir encore de besoin de ma présence. Même si une pensée dans ma tête espérait qu'il me demande de rester avec lui... je pouvais vraiment être stupide parfois, comment je pourrais penser, espérer représenter un minimum quelque chose pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 15:40


Bien, monsieur. Je n'écoute même pas sa réponse sachant très bien qu'il va le faire, ce n'était même pas une question, un ordre simplement. Et je retourne donc à mes pseudo occupation allant dans ma chambre me défaire de mes affaires alors que je l'interroge finalement sur sa main. Je m'en suis rendu compte en serrant la gorge d'un des mecs que j'ai ramené en ville, que je pouvais faire vraiment mal. Depuis trois jours, ça ne fait que tourner dans ma tête, même si c'est que sa main, c'est pas si grave que ça mais je voulais savoir. Ça va, elle ne fait plus mal. Entendant sa réponse, sa voix sortant de la salle de bain, je hoche juste la tête même s'il ne peut pas me voir, plus par reflexe. Bien au moins il n'a pas à moitié cassé. " un Humain blessé c'est comme avoir un jouet à moitié cassé, on en veut plus"... Les paroles de mon paternel me revenant d'un seul coup en tête je fronce les sourcils seul dans ma chambre dérangé par cela alors que j'ai l'impression que si je m'en souviens c'est que je commence à penser comme ça. Défaisant mon jean en me forçant à oublier sa voix dérangeant je vois Noah revenir.

Vous voulez que je vous laisse? Ou vous avez besoin de moi pour autre chose ? Sa dernière question poussant clairement à l'envie de luxure, je n'y fais pas attention l'esprit pas vraiment focalisé sur ses mots alors que je vire mon pantalon en silence le laissant attendre au milieu de la chambre sans lui avoir donné de réponse. Laissant mon pantalon au sol là où il est tombé, je fais de même avec mon boxer alors que je retourne vers la salle de bain. Viens dans la douche avec moi. Je passe à côté de lui rejoignant la douche alors que je me glisse sous l'eau tiède passant mes mains sur mon visage pour virer toutes la saleté de ces cinq jours accumulés. Je reste sous l'eau attendant qu'il arrive alors que je tourne le dos à la porte le visage tourné vers le jet d'eau, l'écoutant venir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 15:54

"Viens dans la douche avec moi" je ne m'attendais pas à cette réponse, je pensais qu'il allait me demander de retourner faire ce que je faisais avant d'arriver, je l'avais vus retirer son pantalon et son boxer, il était nu, toujours aussi séduisant, même s'il était sale. Je le regardais passer à côté de moi, aller dans la salle de bain puis pénétrer dans la douche. Je retira donc ma camisole la laissant tomber au sol, je retirais mes souliers et mes chaussettes, je fis glisser au sol mon jean puis mon boxer. Hésitant un instant, j'avançais vers la salle de bain, j'y entra pour me diriger vers cette grande douche que possédait Andromak. Pourquoi il voulait que j'aille dans la douche avec lui? Pour le laver? J'ouvris la porte de la douche pour y entrer et rejoindre l'homme séduisant qui s'y trouvait.

L'eau coula le long de mon corps comme sur le corps de celui-ci. Je pris l'éponge et le savon afin de le laver, j'en avais envie, autant le faire, pas la peine d'attendre qu'il me le demande. Je passa doucement celle-ci sur le dos de celui-ci afin de retirer toute traces de saleté qu'il pourrait y avoir. Je fis de même avec ses épaules et son torse je déposais l'éponge lorsque son corps n'eut plus de trace de saleté. L'eau tiède faisait du bien, c'était agréable, mieux que les douches froides que je prenait à la hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 16:15


L'entendant arriver, je le sens juste derrière moi sans que je ne fasse rien. Restant silencieux et immobile je me concentre sur la sensation de l'eau qui tombe sur mes épaules et le reste de mon corps, dans un silence de mort. Juste brisé par l'eau et le bruit qu'elle fait en tombant au sol.
Sentant un truc sur ma peau, je reste le visage sous l'eau en le sentant faire. N'ayant absolument rien ordonné, mais je ne dis rien, le laissant faire alors que je sens l'éponge passer le long de mes muscles tendu par la fatigue et tous le reste. Concentrant mes pensées sur le passage de l'éponge sur ma peau, je finis par me retourner face à lui en le sentant laver mes épaules et mon torse, lui facilitant les choses, je garde les yeux cette fois-ci ouverts, regardant ses mains faire glisser l'éponge le long de mon ventre et remonter sur mon torse. Les minutes passant dans ce silence plus que radical que je ne chercher pas à casser. Mes muscles toujours aussi tendu, comme si j'étais près à exploser de colère à tout moment, je le sens très bien que ça ne se passera. Je sais que toute cette colère, maitrisée, contrôlé, va encore imploser. Comme toujours... Comme beaucoup de fois. Et quand je m'énerve après, tout s’évacue. Rarement sur les bonnes personne d'ailleurs.

Je le vois poser l'éponge sur le socle , et je le fixe sans rien dire de plus, passant une main dans mes cheveux pour virer l'eau, même si d'autres gouttent reviennent sur ma tête l'eau n'étant pas le moins du monde coupée. Je regarde Noah. Le poussant en arrière avec force, je fais un pas réduisant l'espace de nous séparant au néant, mon corps frôlant le sien alors que je le vois ce tendre légèrement, le fixant un moment figé hésitant plus contre mes propres pulsions, que du fait que ce soit lui... avant de venir l'embrasser avec pourtant une réelle douceur, contrastant à mon acte précédent l'ayant mit contre la parois, mes mains remontant le long de son dos j'emprisonne son corps entre le mien et la parois de la douche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 17:08

Je l'avais lavé doucement, avec tendresse, lenteur alors que je profitais de la chaleur de l'eau qui coulait le long de mon corps, je le sentis se retourner, c'était ainsi plus facile de laver le torse de celui-ci, ses épaules, je sentais ses muscles tendus, je ne savais pas trop comment il allait. S'il était bien ou prêt à frapper n'importe qui, alors que je déposais l'éponge, je sentis sa main sur ma peau, le toucher était ferme me collant avec force contre la paroi de la douche. Je me tendis, je ne savais pas à quoi m'attendre. Il s'approcha de moi, réduisant l'écart entre nous, quand je sentis ses lèvres toucher les miennes. Aucune violence, il était doux, enfin ses lèvres étaient douces et il m'embrassait comme il ne l'avait jamais fait. Il m'avait habitué à des baiser plus brutaux, sans réelle tendresse comme là.

Je sens ses mains sur mon dos, qui m'approche de lui, je passe mes mains sur ses fesses pour les remonter dans son dos afin de me coller à celui-ci. Je me sentais bien, puis je sans vraiment m'en rendre comte je lui confiai : « Tu m'as manqué... » C'était vrai, je le pensais et j'aimerais l'avoir auprès de moi chaque jours. Bien que je savais que je n'avais pas cette importance pour lui, qu'il ne laisserait pas tomber son travail pour moi. Et je ne lui demanderais pas non plus, comment je pourrais oser ? Je plongea mon regard un instant dans le sien avant de l'embrasser à mon tour...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 17:42


Réduisant l'espace entre nous, je sens ses mains glisser sur ma peau alors que je reste pas moins tendu contre lui. Néanmoins, je reste calme, venant chercher ses lèvres avec une réelle envie. En manque ? Pas de sexe vu que en cinq jours j'ai quand même eut une soirée de libre et que j'ai rencontré un mec fort... ennuyant, mais bon au lit. Néanmoins, nullement satisfait et pas rassasié du tout, je viens contre les lèvres de Noah espérant qu'au moins son corps et ses lèvres, eux, fassent l'effet dont j'ai envie. Tu m'as manqué... Son tutoiement me surprenant un peu, je ne dis rien n'ayant pas envie de parler la dessus. Et puis, ne lui ais-je pas l'autre jour spécifier d'attendre un peu avec le vouvoiement ? Oui, je suis sur les nerfs et je crois que je cherche le plus infime détail pour exploser. Me corrigeant intérieurement, je le sens venir m'embrasser à son tour alors que je le laisse me "faire taire" de cette manière, ne pas dire de connerie. N'ayant ni envie de le froisser, ni de pester maintenant qu'il est sous la douche avec moi.

Mes doigts glissant le long de son dos jusqu'à ses fesses, je mors légèrement sa lèvre, avant de venir l'embrasser dans le coup, nos corps collé l'un à l'autre alors que j'ai le plaisir au moins de sentir le moindre de ses muscles collé et contre moi. une de mes mains glissant sur son torse, je caresse son ventre descendant lentement, sans me défaire de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 17:50

Je ne m'attendais pas une réponse, j'en voulais pas, enfin si j'aurais aimé en avoir une, mais je doutais qu'elle soit vraiment ce que j'attende. Alors, autant qu'il garde le silence, je l'avais tutoyer pour ne pas faire la même erreur que l'autre fois. Je sentais ses mains, ses lèvres contre les miens, poussant un léger gémissement alors que je le sentais mordre ma lèvre inférieur, mais je le laissais faire pour sentir ensuit ses lèvres contre mon cou. Je fermais les yeux un instant pour profiter de la sensation de sa main sur la peau de mon dos, mes fesses, puis sur mon torse alors qu'il faisait descendre ses mains alors que ses lèvres étaient toujours collé au mienne. Je fis passa ma main de ses fesses au bas de son ventre et la déposa doucement sur le membre de celui-ci afin de commencer à le caresser. Le masturber avec ma main alors que ma bouche était toujours occupé. Je le sentais durcir, mais toujours autant tendu, je ne savais pas pourquoi. J'aimerais arriver à le détendre, mais ça ne semblait pas gagner. Je quittais ses lèvres pour l'embrasser dans le cou alors que je continuais à le branler contre lui, sentant son membre ses dressés et toucher le bas de mon torse. Je me sentais aussi durcir alors que je l'embrassai ensuite sur l'épaule et ensuite sur le cou et la bouche encore. C'était bon, agréable, j'en voulais plus, mais il devait être épuisé, alors je faisais attention de ne pas être trop insistant ou encore l'empêcher de se reposer, il devait vouloir se coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 18:04


Le sentant à l'écoute de mon moindre mouvement, je ne dis rien, ne faisant absolument rien, ni de brusque, ni de violent. N'ayant pas vraiment la force d'agir de la sorte ce soir. Trop fatigué pour vraiment m'énerver. L'eau commençant un peu à me calmer, sans calmer la tension de mon corps accumulé ces derniers jours, je reste contre lui, le sentant avec ravissement descendre ses doigts sur mon torse puis mon ventre, je grogne en le sentant arriver à mon bas- ventre, le laissant pourtant faire sans savoir si j'en ai vraiment envie. Enfin vu la rapidité avec laquelle l'envie monte en moi, je me doute que ni moi ni mon corps n'est contre ce genre de chose alors que seul son bras sépare nos deux corps, le mien commençant à s'enflammer d'envie alors que je me sens réagir à ses caresses. Le faisant reculer de nouveau contre la parois, l'accompagnant dans ce mouvement, une de mes mains reste dans son dos alors que l'autre vient se glisser près de la sienne, venant faire les même geste sur son sexe déjà dur et droit par l'excitation.
C'est juste pas vivable de se faire autant d'effet, c'est pas possible. Ce mec m'obsédant autant physiquement que mentalement, je soupire sachant très bien que même crevé de fatigue j'en ai foutrement envie, je colle mon corps contre le sien avec plus de volonté, ma main libre descendant de son dos à ses fesses alors que mes doigts glissent sur ses fesses, avant de venir jouer avec son envie et son plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 18:12

Je l'entend grogner alors que je touche son membre, que je commence à le branler, le sens le plaisir qui monte en lui alors qu'il durcit dans ma main. J'ai envie de lui donner le plus de plaisir possible, de lui faire oublier les derniers jours qui avait été dur. Je gémis alors qu'il me pousse contre la paroi encore gardant sa main dans mon dos, mais l'autre je la sentais bouger et toucher mes fesses pour prendre mon entrejambe en main me faisant gémir et fermer les yeux pour apprécier. Je l'embrassa dans le cou avant de me pencher pour m'agenouiller devant lui, je tiens toujours son membre entre mes doigts pour le prendre un bouche. Je lui donnerais du plaisir plus rapidement et plus de plaisir point dans cette position. Avec ma bouche. Je l'entendais gémir alors que je fermais les yeux à cause de l'eau qui me coulait dans les yeux au fil de la fellation que je lui faisais. Quand j'eus fini je me redressais, pour l'embrasser dans le cou. Je passa mes bras autour de son coup afin de l'embrasser, je sentais encore son érection contre mon corps. Je fermais l'eau et pris une serviette afin de l'essuyer, car je sentais notre peau devenir ridé à cause du long contact avec l'eau. Ce qui était moins agréable au touché.

J'avais fait cela avant d'avoir vraiment fini ma fellation alors dans la salle de bain, je me remis à genou pour finir la fellation que je lui avais fait, afin de le faire jouir pour la troisième fois depuis mon arrivé dans sa maison, dans ma bouche. Mes mains était placé sur le bas de son dos, juste avant les fesses de celui-ci, une façon de me tenir à lui, sentir le contact de sa peau sous mes doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 19:49


Bientôt le sentant descendre ses lèvres sur mon torse, et continuer de descendre je dois lâcher son sexe ne pouvant guère plus faire grand chose alors que ma main se pose contre le mur,me mordant la lèvre en le sentant arriver si bas et commencer ainsi à s'occuper de mon plaisir. Baissant la tête pour l'observer, je frissonne face à ses gestes. Le temps filant sans que je le relève il fait monter la température assez haut pour que je ne me soucie vraiment plus de l'eau mais juste du fait que la de suite j'ai envie de le relever et le faire rapidement se retourner. Etrangement oui, je trouve ça attirant qu'on prenne son pied à deux, et que je ne sois pas le seul dans cette position. Bien qu'évidement le voir là à genoux en train de s'occuper juste de me faire plaisir, ok... c'est réussit, c'est fort plaisant. Je ne peux pas le nier, mais aussi dégueulasse que ça peut paraître... toute personne peut me sucer. Alors que retrouver les sensation de l'autre jour dans sa minuscule chambre d'Humain, faut dire que ça... j'ai pas réussis à ressentir ça l'autre soir avec le citoyen croisé dans un bar et ramener à mon hôtel.

Le sentant remonter, je n'en dis rien, cependant quand il coupe l'eau je fronce les sourcils un poil désapprobateur. Moi je l'aurais bien prit dans la douche cet Humain... Le pire est que je ne réplique rien, le regardant prendre une serviette sans que je ne le réprimande, l'observant me sécher, le laissant faire... Bien habitué aussi à avoir des tas de petits humains prêt à faire cela, fait par Noah c'est plus charmant. Sortant de la douche à contre-coeur, je suis surprit de le retrouver à genoux. Alors qu'un grognement sort de ma gorge en le sentant reprendre ses gestes, mes muscles se tendant un peu plus, avec envie alors que ma main glisse dans ses cheveux le faisant approfondir plus rapidement. Sentant le plaisir et la pression 'accumuler alors que je serre les dents légèrement mes doigts se crispent dans ses cheveux alors que j'essaye de me retenir un temps... un temps seulement malheureusement, car je finis par arriver sur ma fin, ne pouvant résister plus longtemps alors que je me laisse aller, toujours un peu décontenance de le voir pas répliquer. Reprenant mon souffle et mes esprits, je le remonte nullement satisfait pleinement alors que mes doigts glissent et se crispent sur sa peau, descendant sous ses fesses alors que j'ai aucun mal à le soulever sans effort. Le faisant d'abord reculer contre le mur, je me rend compte que mon lit n'étant pas loin, je nous détache du mur finissant sur le lit, passant au dessus de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Mer 25 Sep - 22:05

J'avais fermé l'eau bien que je l'avais vu froncer les sourcils il n'avait rien dit, rien fait, il se laissait faire alors que je m'installai de nouveau afin de finir ce que j'avais commencé. Je voulais le faire jouir, et cela ne tarda par trop. Il me fit relever et me soulevai avant de me plaquer contre le mur de la salle de bain. Je me sentais bien ainsi proche de lui, ne me doutant nullement qu'il avait coucher avec un autre homme, un autre Humain, mais bon, de quel droit je pourrais me plaindre? Dire quelque chose, de toute façon, je le saurai sûrement jamais. Alors qu'il me poussait plutôt vers la chambre, vers son lit, me poussant sur le ventre. Je savais ce qu'il voulait, il voulait me prendre, j'avais envie qu'il soit en moi. Cela faisait un moment que j'en avais envie, je m'étais ennuyé de ces moments ainsi passer ensemble dans son lit ou le mien.

Je me cambra afin de lui facilité la tâche et gémis lorsque je le sentis me prendre. J'étais sur le ventre, mais mains serrait les draps alors j'appuyai mon front contre le lit. Ce que j'aimais moins de cette position c'était mon impossibilité à le toucher, à lui faire quoi ce soi, je ne pouvais que sentir ses va et viens, je pouvais serrer un peu les fesses au moins pour augmenter le plaisir de celui-ci et le mien, mais rien de plus malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Jeu 26 Sep - 11:08


On finit par quitter la salle de bain pour prendre la direction assez rapide vers mon lit. Ne faisant pas trop attention au reste de la pièce ou autre, mon attention focalisé sur son corps et mon envie. Je le fais reculer jusqu'au lit où il se laisse finalement tomber sur le ventre. Surprit de son choix, je n'en dis absolument rien, après tous s'il préfère être comme ça... grand bien lui fasse, je vais pas aller le contre-dire. Retrouvant le contact de son corps en m'allongeant par dessus lui, mes doigts glissent le long de ses cuisses, remontant sur ses hanches, puis le long de ses flancs. Je passe ensuite a l'acte dans un soupire de satisfaction de le retrouver ainsi tout autant disposé à me faire retrouver son corps. Ne songeant pas pour le moment au reste où encore une fois à sa place dans la maison, je ne me concentre que sur le mouvement de mes hanches qui glissent vers lui et mon sexe en lui. Le plaisir montant une énième fois alors que les minutes filent, et que mon rythme cardiaque s'accentue avec l'effort. Le faisant se redresser à genoux et penché en avant je continue mes mouvements mes doigts glissant le long de sa colonne vertébrale alors que je finis par atteindre la jouissance assez rapidement avec satisfaction, ralentissant à peine pour l'amener au même point de plaisir que moi. Sérieusement on peut pas me dire égoïste coté sexe... L'entendant au son de sa voix arrivé à sa fin, j'avale ma salive reprenant mon souffle alors que je me détache de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah) Jeu 26 Sep - 11:16

Je m'étais laissé tomber sur le ventre afin de m'offrir à lui, pas à cause de mon statut, mais parce que j'en avais envie, envie de le sentir en moi, sentir son corps contre le mien. Je gémis alors que je le sens entré en moi et me laisse fait quand il me fait me redresser sur les genoux, je ferme les yeux alors que je sens ses yeux sur mon dos, ses va et viens rapide. Je le sens jouir en moi, mais il ne ralenti pas, m'amenant moi aussi au plaisir, me faire jouir, ce qui arriva peu de temps, me libérant dans un râle de plaisir. C'était bien, agréable, je le sentis sortir de moi. Se décollé de moi. Je me retourne afin d'être sur le dos, je le regarde un instant, il semble épuisé, je ne sais pas s'il veut que je le laisse seul, pour qu'il se repose. « Tu veux que j'y aille, pour que tu te repose ? » Je l'avais tutoyer, comme il me l'avait demandé ou plutôt fait comprendre la dernière fois alors que je l'avais vouvoyer quand on était au lit ensemble. Je le regarde un instant, croisant son regard. J'aimerais bien me blottir dans ses bras, mais on est pas un couple, on le saura sûrement jamais. Malgré tout, j'avais envie, de me retrouver comme l'autre fois, dans ses bras alors que je m'étais endormi, j'aimerais lui tenir compagnie. Peut-être qu'il voulait dormir seul, après tout, la dernière fois qu'on avait été dans sa chambre, une fois l'acte fini, il m'avait demandé de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: nous étions formidable, j'étais fort minable (noah)

Revenir en haut Aller en bas

nous étions formidable, j'étais fort minable (noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ PLAY WITH MYSELF :: Défouloir & partenariat :: Les longues lettres échangées-